Lifestyle julia

Julia Jeanloz

Publié le 11 avril 2019

Une affluence record pour le nouveau Musée cantonal des Beaux-Arts!

Les portes ouvertes du nouveau Musée cantonal des Beaux-Arts (MCBA) ont drainé une affluence record sur le site de PLATEFORME 10! Le week-end dernier, près de 21'000 personnes ont pu découvrir l'architecture de ce nouvel espace muséal et ses surfaces d'exposition. Reportage.

Dès 9h40 le samedi matin, les gens faisaient déjà le pied de grue à l’entrée du Musée pour la visite publique, alors que d’autres invités, qui l’avaient découvert en primeur, en ressortaient. Tout au long du week-end, le bâtiment a fait l’objet de visites guidées qui n’ont pas manqué d’enthousiasmer le public. Pour ceux qui auraient manqué ces portes ouvertes, il faudra patienter jusqu’au 5 octobre 2019, date d’ouverture des expositions, avant de découvrir ce lieu d’exception.

 

bâtiment mcba plateforme10
Aperçu de la façade sud du bâtiment © Matthieu Gafsou

L’édifice a été imaginé et réalisé par le bureau d’architectes Fabrizio Barozzi et Alberto Veiga, basé à Barcelone. Longitudinal, il est délimité, au sud, par les voies ferrées, au nord, par des arcades construites il y a plus d’un siècle et qui servent de mur de soutènement. Les orientations stratégiques ont été avalisées par la Commission de construction du projet.

mcba musée cantonal beaux-arts maquette cogestim
Maquette du Musée cantonal des Beaux-Arts © Julia Jeanloz

À première vue, à l’extérieur et à l’intérieur, la couleur prédominante est le gris, qui se décline sur plusieurs tons différents. Un gris qui s’observe également sur les matériaux utilisés. Ainsi, en regardant au sol (exception faite des salles d’exposition, dont le parquet est en chêne), on remarque que ce dernier se compose de terrazzo, un matériau composite formé de fragments de pierre naturelle et de marbre colorés, mélangés à du ciment. Le terrazzo a pour fonction de donner de la clarté aux pièces et se marie parfaitement bien aux tons du reste du bâtiment. Son irrégularité et sa minéralité lui confèrent un effet graphique des plus beaux! Après tout, ne dit-on pas que la simplicité est la sophistication suprême?

 

Brique et nef de l’ancienne halle CFF: une ode au passé industriel du site

 

En écho au passé industriel du site, les concepteurs du bâtiment ont imaginé une façade extérieure ciselée par des brise-soleil verticaux recouverts de brique. Ces derniers visent à protéger l’intérieur du bâtiment de la lumière directe.

mcba cogestim plateforme10
Les brise-soleil en béton ont été recouverts de brique, en hommage au passé industriel du site © Matthieu Gafsou

De plus, l’architecture du MCBA inclut la nef centrale de l’ancienne halle aux locomotives de la gare de 1911. Ainsi, en entrant dans le hall d’accueil, le visiteur est frappé de plein fouet par la hauteur sous plafond de ce premier espace. Quant à la verrière zénithale, elle fait largement profiter la pièce de l’éclairage naturel et de l’environnement urbain direct.

verrière zénithale mcba cogestim plateforme10 plateforme 10
Verrière zénithale du Musée dont la vue donne sur les voies ferrées et le paysage lacustre lémanique © Matthieu Gafsou

Des contraintes spécifiques à la conservation des oeuvres d’art et au « parcours visiteur »

 

Si la qualité architecturale du bâtiment est indéniable, les partis pris d’ordre esthétique n’ont eu que peu de poids face aux contraintes liées aux conditions de stockage des oeuvres d’art et aux critères d’appréciation du public de son « parcours visiteur ».

Garantir des conditions de conservation stables est l’enjeu premier de la préservation des œuvres d’art. À cette fin, il est impératif de maîtriser et de pouvoir réguler la température des pièces et l’humidité de l’air. En effet, les variations de température et d’hygrométrie sont des phénomènes fréquents dans les musées. Parmi les causes de ces changements, on relève le chauffage, l’afflux soudain de visiteurs ou le changement de météo ou de saison. Ainsi, une journée pluvieuse, assortie de l’arrivée massive de visiteurs, peuvent faire augmenter le taux d’humidité d’un espace et fragiliser une oeuvre d’art. D’où l’importance, pour un musée, d’être en mesure de contrôler le climat de ses espaces d’exposition et de stockage d’oeuvres à l’aide de systèmes de capteurs et de régulation adaptés. 

Sur le plan de l’éclairage, il a été décidé de favoriser autant que faire se peut la lumière naturelle. Dans cette perspective, des sheds ou système d’éclairage zénithal, ont été mis en place. Ceux-ci maximisent l’éclairage d’une pièce par la lumière naturelle et sont complétés dans leur action par des façades vitrées.  Ils font baigner les espaces d’exposition dans une lumière douce et préservent les oeuvres.

Enfin, en raison de la proximité avec l’environnement ferroviaire, un travail d’isolation contre les vibrations et les nuisances sonores a été mené.

salle d'exposition temporaire mcba musée beaux-arts Lausanne cogestim plateforme10
Cette salle d’exposition temporaire a une superficie au sol de 800 m2 © Jean-Bernard Sieber

Division de l’espace

 

En termes de surface, le MCBA dispose aujourd’hui de 12’500 m2 de surface au sol, dont 3’220 m2 sont dédiés aux expositions temporaires et permanentes. Rappelons que les premières seront payantes et les secondes, gratuites.

L’intérieur du bâtiment se compose d’un immense hall d’entrée, dans lequel se trouve la réception. À gauche et à droite du hall se situent des galeries qui mènent à une librairie-boutique, une salle d’exposition temporaire, un espace de médiation, un café-restaurant et un auditorium.

café restaurant mcba cogestim plateforme10
Le café-restaurant, qui accueillait une animation « ombres chinoises » à l’occasion des portes ouvertes, donne une vue directe sur les arches et la partie nord du site © Julia Jeanloz

Fait intéressant, certains espaces d’exposition comportent des cloisons modulables, permettant d’apprécier une exposition à travers toutes les scénographies possibles.

Si le MCBA est, pour l’instant, le seul musée du site Plateforme 10, il est à noter que ce dernier est voué à s’agrandir. D’ici 2021, il accueillera aussi le Musée de l’Elysée et le mudac. Ceci permettra de mutualiser certains outils ou du personnel et de créer des expositions communes de plus grande envergure. La prochaine étape, mais pas des moindres, consiste, pour l’équipe du MCBA, à transporter les oeuvres dans leur nouvelle antre et à monter les futures expositions avant l’ouverture officielle du site en octobre prochain!