Lifestyle chloe

Chloé Wiss

Publié le 21 mars 2018

Architecture catalane : toute en courbes et en mosaïques !

Un petit séjour sous le soleil de Barcelone est souvent synonyme de fêtes jusqu’au bout de la nuit accompagnées de tapas et sangria à profusion ! Toutefois, la capitale catalane est riche d’histoire et son patrimoine architectural est unique. Reportage.

Avec une dizaine de biens inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO et grâce à son histoire antique, médiévale et contemporaine pleine de rebondissements, Barcelone est sans conteste une ville qui vaut le détour. Et pas seulement pour profiter de ses nombreuses terrasses et de ses nuits endiablées ! Après avoir passé quelques jours dans cette ville de près de 1,6 million d’habitants située au bord de la Méditerranée, j’ai rapporté dans ma valise quelques anecdotes et explications sur les perles architecturales et les nombreux quartiers de Barcelone. Ainsi, Gaudí, Barri Gòtic, Palau Güell et Barceloneta n’auront plus de secrets pour vous !

 

Barcelone : une histoire riche qui se lit à travers l’architecture

 

De l’Antiquité au Moyen Âge

Sous l’empire romain, Barcelone était connue sous le nom de Barcino. De cette cité fortifiée bâtie à la fin du Ier siècle av. J.-C, il ne reste aujourd’hui que de rares vestiges, dont quelques colonnes qui se trouvent encore dans la vieille ville, le quartier du Barri Gòtic.  Les siècles suivants, la Catalogne est envahie par de nombreux peuples, notamment par les musulmans venus du sud qui rebaptisent la ville Barjalonah. Vers 900, Guifred le Velu devient le premier comte de Barcelone. Il sera suivi de nombreux autres dont les rois d’Aragon qui dirigeront la ville durant le Moyen Âge.

ruines barcelone
Le dédale des ruelles du Barri Gòtic et les vestiges des colonnes de la cité romaine de Barcino

L’origine du Parc de la Ciutadella

En 1705 a lieu la guerre de Succession au trône d’Espagne que les catalans perdent. Le nouveau roi Felipe V abolit les structures juridiques et administratives de la Catalogne, interdit la langue et bâtit un immense fort pour surveiller Barcelone: la Ciutadella. Pour le construire, un quartier est entièrement rasé et les habitants sont relogés au bord de la mer, à la Barceloneta. Détruite par la suite, la forteresse a laissé place à un grand parc qui a notamment accueilli l’Exposition universelle de 1888 dont il reste quelques monuments, tel que l’Arc de Triomf.

parc ciutadela barcelone
La cascade du parc de la Ciutadela et l’Arc de Triomf à Barcelone

L’Eixample en réponse à la croissance démographique

A la fin du XIXe, la qualité de vie se détériore, les quartiers populaires se révoltent et les mouvements anarchistes prennent de l’ampleur. A cette époque, la ville fait aussi face au problème de la croissance démographique et tente d’y répondre par des plans urbanistiques quadrillés. C’est de là qu’est né le quartier de l’Eixample, qui signifie « l’extension ». Il abrite de nombreux édifices de type moderniste dont les célèbres Casa Milà et Casa Batllò de Gaudì.

architecture catalane
Les courbes des Casa Batllò et Casa Milà au coeur du quartier de l’Eixample

Un renouveau pour Barcelone

Au début du XXe siècle, de nombreux attentats anarchistes sont à l’origine du saccage de plusieurs églises de la ville. A partir de 1930 a lieu la guerre civile espagnole suivie de l’ère de Franco. La ville et ses habitants subissent alors des bombardements dont quelques édifices portent encore la trace. Pour conclure, depuis l’organisation des Jeux olympiques en 1992, la ville connaît un renouveau. Le front de mer a notamment été aménagé et les voies d’accès modernisées.

 

L’oeuvre de l’architecte Gaudì s’inscrit dans le modernisme

Liés à la vague de modernisme qui s’exprime à Barcelone au début du XXe siècle, les monuments dessinés par l’architecte Gaudì sont aujourd’hui emblématiques de Barcelone.  En effet, la bourgeoisie catalane voulait s’inspirer du modernisme, mouvement dénommé « Art nouveau » dans le reste de l’Europe. Le modernisme catalan – qui, au-delà de l’architecture a également touché les domaines des arts, de la littérature et de la musique -s’inspire de la nature et vise à concilier les traditions avec les idées futuristes. L’industriel et homme politique Eusebi Güell appréciait beaucoup le travail de Gaudì et est devenu son mécène. Il lui a passé de nombreuses commandes, notamment sa maison (le Palau Güell) et un quartier résidentiel (le Park Güell).

 

Le Palau Güell

Construite entre 1886 et 1890, la demeure des Güell a permis à Gaudì de laisser libre cours à son imagination ! Il a en effet pu intégrer à ce palais de nombreuses solutions originales. Par exemple, un garage souterrain pour chevaux et calèches ou l’usage de mosaïques pour décorer les cheminées extravagantes du toit. Il a aussi installé des systèmes de ventilation ingénieux et des jeux de miroirs permettant de faire entrer la lumière. Les meilleurs artisans de la région ont réalisé les éléments en fer forgé et les plafonds à caissons sont faits de bois d’une qualité remarquable. La construction est composée de nombreux étages et les propriétaires pouvaient observer à leur guise les visiteurs grâce à des jalousies discrètement installées. Bref, la visite vaut le détour !

barcelone
Les cheminées extravagantes sur le toit du Palau Güell au cœur de Barcelone

 

Le Park Güell

Toujours sur l’initiative de l’industriel Eusebi Güell, Gaudì se lance dans un vaste projet vaste dès 1900: le Park Güell. L’objectif est de créer un quartier sur une colline surplombant Barcelone qui serait destiné aux familles cossues. Pour respecter la topographie, Gaudì conçoit un système complexe de rues sur voûtes, de viaducs et d’escaliers. Toutefois, le projet ne connaîtra jamais le succès escompté et est abandonné en 1914. Sur les 60 villas prévues, seulement 2 sont construites en plus de celles de la conciergerie. En effet, l’accès au Park Güell est compliqué depuis le centre-ville, les conditions d’achat sont restrictives et l’architecture originale ne plaît pas à tous. Le parc est finalement cédé à la mairie de Barcelone qui en fait un lieu public. Aujourd’hui, le site est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO et est l’une des principales attractions touristiques de la ville !

mosaïques barcelone park guell
La technique du « trencadis » ou « pique-assiette » consiste à réaliser des mosaïques à base d’éclats de céramique sur des surfaces sinueuses. Elle est très utilisée dans le Park Güell.

 

La Sagrada Familia

La construction de cette basilique monumentale en l’honneur de la « Sainte Famille » a débuté en 1882. A l’origine, Gaudì n’était pas l’architecte du projet mais il a repris la construction dès 1883. Il abandonna alors la structure néo-gothique initiale pour laisser place au modernisme. L’architecte souhaitait faire de cet édifice le plus haut de Barcelone. Toutefois, sachant qu’il ne verrait jamais son travail achevé de son vivant, il a conçu les plans de façon à ce que ses principaux souhaits s’appliquent. C’est pourquoi certaines tours étaient déjà construites avant même que la structure ne soit terminée. L’oeuvre inachevée de Gaudì devrait être terminée en 2026 pour fêter le centenaire de la mort de Gaudì, d’ailleurs enterré dans la crypte du monument.

sagrada familia barcelone
Gaudì s’est inspiré de la nature pour réaliser l’architecture moderniste de la Sagrada Familia. Par exemple, les colonnes de la nef symbolisent des arbres et les arches une canopée.

 

Alors, cet article vous a donné envie de visiter Barcelone 🙂 ?

 

Sources: Résumé de l’histoire de Barcelone tiré des informations du Lonely Planet, édition 2017. Informations sur l’architecture obtenues à l’occasion de visites guidées réalisées sur place et d’après les sites Internet officiels des monuments.