Communauté chloe

Chloé Wiss

Publié le 2 mai 2018

Un champion vaudois de lutte nous en dit plus sur sa passion

Cogestim a à cœur de soutenir des associations ou des personnalités vaudoises pour leur permettre de mener à bien leur projet. Ainsi, l’agence immobilière est heureuse de sponsoriser Mickaël Matthey, plusieurs fois champion vaudois de lutte suisse. Rencontre.

La lutte, sport traditionnel, compte de nombreux adeptes dont Mickaël Matthey, déjà couronné plusieurs fois. Il nous en dit plus sur sa passion !

 

Quelques mots sur la lutte

Sport national et populaire en Suisse, cette discipline de combat à mains nues se pratique à deux dans un rond de sciure de 12 m de diamètre. Vêtus d’une culotte en toile de jute maintenue à la taille par une ceinture, les lutteurs ont pour objectif de plaquer les omoplates de leur adversaire au sol. Pour cela, de nombreuses prises et techniques sont à leur disposition : le Brienz, le saut croisé et la prise du berger, pour n’en nommer que quelques-unes parmi la centaine existante ! Mickaël Matthey nous confie ce qu’il apprécie dans ce sport.

Tout d’abord, il aime l’ambiance : « C’est un sport super convivial ! ». Mais c’est aussi les spécificités de la lutte qui lui plaisent : « J’aime le fait qu’il n’y ait pas de catégories. Ainsi, c’est « tous contre tous ». Il n’y a que dans la lutte où l’on trouve cette particularité. » Ainsi, selon Mickaël, chaque combat est différent en fonction de l’adversaire : « C’est intéressant pour la technique. » Il ne s’ennuie donc jamais ! Il a quand même une prise préférée : le chassé, un croche-pied redoutable. Presque toutes les prises sont permises tant qu’elles ne sont pas dangereuses pour les adversaires. Pour les débutants, il conseille d’observer longuement son concurrent afin d’anticiper au mieux ses prises.

 

Une passion pour Mickaël Matthey

Le lutteur nous explique avoir commencé ce sport à 9 ans. Il nous précise toutefois qu’avant l’âge de 16 ans, il y a des catégories d’âges. Ainsi, les enfants jouent contre des adversaires de leur âge. Ce qui est plus raisonnable si l’on tient compte de la taille et du poids ! Par exemple, Mickaël pèse 104 kg pour 1m76. Afin d’améliorer ses performances, il s’entraîne pour la lutte tous les jours, ce qui l’occupe près de 15 heures par semaine. Un préparateur physique l’accompagne régulièrement pour préparer au mieux ses exercices. Une fois par semaine, il se rend à Berne afin de combattre d’autres adversaires. En effet, outre-Sarine ce sport est plus populaire. Il y donc plus de lutteurs, ce qui permet de varier les techniques. Il participe aussi aux entraînements cantonaux hebdomadaires qui ont lieu à Lausanne.

Mickaël Matthey lutte
Mickaël Matthey en plein combat de lutte

Mickaël nous a transmis son enthousiasme pour les sports en général. Il nous a d’ailleurs précisé que, lorsque la saison de lutte se termine courant septembre, il pratique d’autres sports pour se changer les idées, comme le rugby ou le volley. Il transmet aussi sa passion aux plus jeunes puisqu’il est moniteur dans le cadre de l’Association vaudoise de lutte suisse, et donne notamment des cours pour les jeunes (Jeunesse + Sport).

 

La Cantonale à Romanel-sur-Lausanne

Mickaël Matthey étant très actif et motivé, il est important pour Cogestim de sponsoriser les exploits de ce sportif vaudois ! Le prochain rendez-vous incontournable de lutte dans la région sera la Fête Cantonale, les 26 et 27 mai 2018 à Romanel-sur-Lausanne, sur le site de Prazqueron. TocToc vous invite chaleureusement à venir assister à cette belle journée qui rassemblera quelque 200 lutteurs. Cette compétition est organisée par le Club des lutteurs de Lausanne et environs et, en plus des activités sportives, de nombreuses animations (et apéros) sont prévus sous les tonnelles ! Le programme en détails se trouve sur le site internet de la Fête cantonale vaudoise de lutte suisse.

Mickaël nous précise qu’il sélectionne les compétitions d’après les objectifs qu’il se fixe, mais aussi en fonction de ses périodes de récupération. Comme les tournois de lutte sont nombreux en Suisse romande, le choix n’est pas toujours aisé pour ce passionné !

Il se réjouit de la 95e édition de la Cantonale puisqu’il s’agit d’une fête à « couronnes », durant laquelle de nombreux enjeux se jouent ! Mickaël nous explique que « grâce au nombre de couronnes qu’un joueur obtient, il peut ensuite être sélectionné par l’Association romande de lutte suisse pour jouer en dehors de la Romandie. C’est comme acquérir une bonne réputation ! ». Ces couronnes permettent donc au joueur d’améliorer son score et d’accéder à de nouvelles compétitions. D’ailleurs, il a déjà remporté trois cantonales et environ dix régionales, et possède à son actif 27 couronnes !

mickaël matthey lutte
Cloche géante ou taureau, les trophées ont l’avantage d’être discrets 😉

Si Mickaël remporte la Cantonale de Romanel-sur-Lausanne, il aura la chance de repartir avec, pour trophée, … un taureau nommé « Turner » !

 

D’autres projets caritatifs soutenus par Cogestim

L’agence immobilière Cogestim est ravie de pouvoir contribuer à des projets portés par ses collaborateurs ou leur entourage. Ainsi, récemment, l’agence a notamment soutenu les projets suivants :

  • La Fondation de Vernand : dans une optique de développement durable, Cogestim a collaboré avec la Fondation de Vernand, afin de donner une nouvelle vie aux bâches de chantier et les transformer … en sac !
  • Sagarmatha suisse : cette association suisse a pour objectif de garantir la pérennité d’un centre d’accueil situé à Katmandou afin d’offrir aux enfants un environnement familial.
  • La construction d’une école en Ouganda : une collaboratrice Cogestim a réalisé un voyage humanitaire en Ouganda afin d’améliorer les conditions d’enseignement et d’apprentissage en y construisant cinq salles de classe.
  • Compétition Broye 21’600 : une équipe Cogestim a participé à ce marathon d’indoor cycling en faveur d’associations suisses.
  • 10 km de Lausanne pour le WWF : les fonds récoltés par les collaborateurs de Cogestim avaient permis de construire un rucher avec le WWF Suisse.